Tagine aux pruneaux pas pour des prunes

Publié le par Touriya

Une copine française d'origine belge résidant en Egypte (non, non, elle n'aime pas les complications, qui a dit ça?) m'a demandé ce qu'on pouvait faire d'un paquet de pruneaux qui s'est retrouvé par hasard dans son frigo de femme rebelle à la cuisine élaborée (entendre par là, celle qui demande plus de dix minutes d'investissement). Je lui aurais bien conseillé de es manger tout cru, comme il m'arrive de le faire, en cachette, quand je suis furieusement en manque de sucre, mais elle a parlé de "tagine", le gros mot pour une rétive à la manipulation des casseroles. J’ai bien tenté de lui vendre les recettes simplissimes de pruneaux farcis au roquefort ou au foie gras, à utiliser en amuse-bouche (ou amuse-gueule, ça dépend du degré d’aperture) ou encore la recette du lapin désossé farci aux pruneaux et au roquefort, rien à faire : pas de sauce! Madame veut un plat en sauce ! je me demande bien qui est l’heureux cobaye qui servira de goûteur à la belle…

Donc, pour ne pas avoir mort d’homme par intoxication sur la conscience, j’ai décidé de rompre mon silence virtuel et de livrer la vieille recette de ma mère : le fameux tagine aux pruneaux. Comme il se doit. La photo suivra peut-être un jour. Je ne me sens vraiment pas le courage de tenter l’expérience en travaux pratiques.

Ingrédients (pour six, huit, dix  personnes, le secret de la cuisine marocaine c’est son extensibilité, il suffit de doubler les proportions de pain et de sauce !)

Un kilo de veau,

500 g de pruneaux

Une poignée d’amandes mondées et grillées ou frites (facultatif)

Une c. à s. de sésame

Deux oignons à sauce (jaunes ou blancs)

Un bouquet de coriandre

Une pincée de ras el hanout (curry marocain) : facultatif aussi.

Une pincée de pistil de safran marocain.

Une c.à c. de gingembre moulu

Deux gousses d’ail écrasées

Un demi verre à thé d’huile d’olive

Une grande cuillerée de miel

Poivre, sel,

 

Comment procéder ?

Faire rissoler la viande dans une matière grasse, de l’huile d’olive de préférence. Ajouter les oignons émincés puis l’ail écrasé. Quand l’ensemble prend une légère couleur blonde, ajouter un grand verre d’eau, voire deux, les épices, le bouquet de coriandre ficelé. Laisser mijoter à petit feu pendant ¾ d’heure. Il faut arrêter le feu dès que la viande est fondante, la sauce devient normalement onctueuse.

Pendant ce temps, tremper les pruneaux dans du thé chaud pour les faire gonfler après les avoir dénoyautés. Les farcir avec les amandes et le tremper dans la cuillerée de miel. Portez l’ensemble à chauffer dans une poêle juste au moment de servir. Faire chauffer la cocotte où se trouve la viande. Dresser l’ensemble dans un tagine en terre cuite, décorer des pruneaux farcis aux amandes, ajouter un peu de sauce, puis saupoudrer une petite poignée de graine de sésame. Le tour est joué.

Publié dans Cuisine familiale

Commenter cet article