pastillas, bastila, bsatel

Publié le par Touriya

La pastilla, alias "bastila" en version arabe nous viendrait d'Andalousie, sauf qu'à part le nom, nos amis Espagnols ignorent totalement (à ma modeste connaissance) ce plat .  Au Maroc, il y a autant de pastillas que de régions voire que de familles. La mienne de famille pratique surtout la pastilla au poulet, la plus connue et la plus appréciée aussi. Elle est servie aux invités, en tant que second plat de fête sucré salé, le premier étant, d'habitude, soit un tagine à l'agneau, soit un méchoui! Hé oui! on ne lésine pas sur les calories! Les femmes de mon pays d'origine, se portent bien et portent fièrement leurs rondeurs... Dans le sud, au Sahara, on cultive même ces formes par un ensemble de rituels savamment transmis de génération en génération et de mère en fille...
Pour en revenir donc à ce plat élaboré (cela demande une heure de préparation quand on est entraîné, plus si on est  débutant), il se décline en plusieurs versions selon la farce qui le compose.
L'élément invariable étant la feuille de pastilla, appelée feuille de brik en Tunisie, mais moi qui ai vécu dans ce beau pays, je peux vous assurer que cela n'a rien à voir, bien qu'ici, en France, je n'utilise que ces feuilles de brik que je peux trouver facilement dans le supermarché le plus proche.
Pour la farce, il existe deux sortes: sucré salé avec du poulet ou des pigeons (auxquels je préfère les cailles, personnellement en ce qui me concerne, mais cela ne regarde que moi); et  salé tout court, à base de poisson  et de fruits de mer ou à base de viande hâchée.

La pastilla  dont je propose la recette ici  ne se trouve dans aucun livre de cuisine marocaine: elle m'a été généreusement soufflée par mon amie Kaouthar d'Agadir, chez qui j'ai le plaisir de la déguster la première fois. Depuis, je suis devenue une adepte, mais j'y ai ajouté, en bonne cuisinière, ma petite touche perso. On se rendra compte tout de suite en jetant un coup d'oeil aux ingrédients qu'il s'agit ici d'une  cuisine métissée ou que la mondialisation est entrée dans les cuisines... Les Chinois seraient-ils passés par l'Andalousie heureuse?
En effet, les vermicelles dits chinois, la sauce de soja se sont invités à la fête pour donner lieu à un plat rafiné et très digeste. Les estomacs délicats pourraient donc se réjouïr...

Autre touche perso, en hommage à la ville "avec un accent"où je réside actuellement, je propose une petite écuelle de tapenade pour les amateurs, l'alliance n'est pas mauvaise! (voir photo)

Publié dans ses mets et ses mots

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

thezou 09/11/2009 09:09


La pastilla est un plat d'origine Espagnole, le maroc avec le temps et l'occupation en a fait  un plat national (ne pas oublier que le Maroc et l'Espagne ont été occupés l'un et l'autre
plus de 800 ans) on peut voir l'influence architecturalle dans un pays et on retrouve exactement la même chose dans l'autre, les faîences etc... c'est idem pour la cuisine, les mantécaos d'origine
Espagnole  (gâteaux a la graisse, ou fait avec du gras, et quel gras, de "cerba" (porc)).... ce petit gâteaux est Espagnol.... mais l'occupation a fait que les recettes se sont empruntées et
se sont adaptées, ainsi, on trouve beaucoup d'adaptation de mantécaos avec de l'huile, et ou du beurre, et même de la semoule, et aussi de la poudre d'amande....
Pensées gourmandes....


Touriya 09/11/2009 15:07


Merci pour cette riche contribution! en effet, l'Histoire de ces rencontres en peuples est inscrite dans la nourriture je connais les mantécaos parfumés de canelle et parfois de citron... à la
graisse de hallouf/cerba  ou au beurre (parfois rance) .... Ce sont mes madeleines de Proust à moi!